fbpx
tueur
Philippe Probst
Philippe Probst

Le monde de l’immobilier et ses dérives, une petite analyse.

Alors voilà,

Ce matin au réveil, il y a quatre jours je tombe sur un déversement d’insultes, attaques personnelles et commentaires agressifs en tout genre de la part de « professionnels de l’immobilier ».

Le profil ? Essentiellement des agents immobiliers de grands réseaux, directeurs d’agence pour la plupart et expérience certaine dans le seul modèle qu’ils respectent, j’ai nommé l’agence immobilière vitrée ! La seule professionnelle à leurs yeux endormis depuis les années 60..

Pour le plaisir des petits extraits :

« A la carte ça veut dire quoi on n’est pas au restaurant ! Entrée plat dessert 😂😂😂!

C’est ridicule. Ça devient vraiment un métier de Charlot l’immobilier. Entre ça et les mandataires style IAD et compagnie….. Le bon côté de la crise c’est que ça va nettoyer les mauvais 😉

« Ça sent le dépôt de bilan rapidement »

« Et pourquoi ne pas faire ça gratuitement ? Ça c’est du concept ! Applicable à d’autres métiers , la coiffure si votre coupe est loupée , les garagistes si vous avez un accident après une révision ou une réparation et d’autres encore … »

« Espère de gros Naze! »

« Ca se voit qu il ne save pas faire toutes ces agences mandaires elles poussent comme des champignons plus malines les unes des autres o plus voleur, Il y a des fruits et les legumes a ramasser c vs interesser, On a besoin de bras dans l agriculture va ramasser les aspeges lol »

«  Il y en marre de ces opportunistes qui pour l’appât du gain essaient de se glisser dans la brèche pour gagner un peu de sous ! Un coup c’est le mandataire un coup c’est le coach , un coup le mec qui en a marre de travailler et qui lance la commission discount, un coup c’est le forfait et plus si affinités il vous aide soit disant avec de menus suppléments plus plus plus plus plus et vous arrivez à un taux de commission classique. Ah oui et puis la nouvelle mode sur le Modèle américain expression à la mode ( ils de prennent tous pour des économistes chevronnés 🙂 )c’est de recruter des négociateurs et de les monter contre les agences , sauf qu’une agence qui a pignon sur rue et qui de plus existe depuis 20 ou 30 ans avec le sérieux , le professionnalisme et toute la maintenance et assistance vitrine physique » (j’ai laissé volontairement les fautes d’orthographe)

Bon vous avez compris, au bout de 72 hrs d’argumentation et de réponses en essayant de garder mon sang froid, j’ai décidé de faire une vidéo Youtube qui me sert à répondre au lieu de perdre du temps à écrire à des gens mal intentionnés.  https://youtu.be/4Ex6FGd1hA8.

Alors le profil est connu mais pourquoi ? Après tout, la concurrence, un nouveau modèle ou une nouvelle offre devrait attirer l’attention de vrais professionnels, voir une remise en question, non ?

Je me rappelle certains modèles qui auraient pu aider ces messieurs (désolé, pas de dames agressives) trop habitués à avoir un monopole dans le monde de l’immobilier, à réfléchir un tant soit peu.

Par exemple :

L’analyse ou matrice SWOT est un outil de stratégie d’entreprise permettant de déterminer les options offertes dans un domaine d’activité stratégique. Il vise à préciser les objectifs de l’entreprise ou du projet et à identifier les facteurs internes et externes favorables et défavorables à la réalisation de ces objectifs.

Ou encore utiliser les outils de M Porter.

Michael Porter est célèbre pour son analyse de la façon dont une entreprise peut obtenir un avantage concurrentiel (ou avantage compétitif) en maîtrisant mieux que ses concurrents les forces qui structurent son environnement concurrentiel.

Un petit dernier ? Le modèle imaginé par Alexander Osterwalder et Yves Pigneur.

 Le business model canvas est un outil que l’on utilise pour retranscrire de manière simple le modèle économique d’une entreprise. Il est parfaitement adapté à la phase de création, et peut aussi être utilisé pour le lancement d’un nouveau produit ou d’un nouveau service.

Bref, plutôt que de lancer des insultes, se remettre un peu en question et analyser ce que demandent aujourd’hui un nombre croissant de clients.

Pour ma part, avant de me lancer je me suis servi de ces modèles et j’ai décelé que la proposition de valeur des acteurs du marché de l’immobilier ne correspondait plus complètement à la demande. Ai-je tort ou raison ? L’avenir me le dira… En tout cas j’aurai essayé !

Pourquoi mon profil dérange ?

D’abord, j’ai commencé l’immobilier en tant que mandataire et ces messieurs détestent également les mandataires évidement… Pourquoi ? Parce que les grands réseaux de mandataires les ont obligés à revoir leurs taux d’honoraires, fini le monopole !

Au début, les mandataires ont essuyé les insultes, les attaques en tout genre, les dépôts de plaintes à la DGCCRF et j’en passe sur les commentaires désobligeants sur la qualité de leur travail et leurs compétences… Bref, 15 ans plus tard les trois principaux réseaux talonnent de près le réseau d’agence N°1 en termes de CA et prise de part de marché. A noter que ce que critiquaient les agences (modèle d’indépendants) il y a quelques années sont aujourd’hui plus qu’utilisé par les agences vitrées. Comme quoi, de temps en temps, tout n’est pas mauvais lorsque de nouveaux modèles économiques arrivent sur le marché… (même histoire que les Taxis avec Uber)

Deuxièmement, là c’est le pompon, je suis encore salarié au moment où je crée mon concept ! Il est vrai que 54 ans, ça peut paraitre, pour certains, un peu tard pour s’intéresser à l’entreprenariat.
Là ça passe aux US mais en France je suis passé au pilori !
Oui en France, soit on est salarié soit on entreprend…Du coup, je suis incapable et incompétent. Logique…

Ceci amène logiquement au dernier point :

Je fais ce métier depuis 5 ans et je lance mon concept pour le plaisir ! En effet, je n’ai pas besoin de cette activité pour payer mes factures.
Alors là ça les fait exploser !..

Bon évidemment, je ne vous dis pas que je ne vais pas être content de faire du chiffre, mais ce que je veux dire est la vérité suivante :
Quand on aborde un métier avec pour critère principal la passion et non pas la rémunération, de facto, on s’intéresse un peu plus aux besoins des clients.. En général, dans ce cas, on s’applique.

De quoi ont-ils donc peur puisque si je relis leurs commentaires, je ne suis pas apte à faire ce métier, donc pas une menace…Certains ont avancé « l’aurat » du métier. Quand on voit ce que pensent les Français de cette profession, je crois que mon modèle ne peut que l’améliorer..

Moi je crois que certains ont finalement peur. Pas peur de moi car je suis tout petit, localisé sur Toulouse pour le moment et seul (j’ai quand même des projets d’extension je vous rassure). Peut-être peur de se remettre en question et surtout malheureusement, peur que leur rémunération soit moindre… Car nos modèles, mandataires, coachs en immobilier menacent directement la rémunération de ces messieurs, ça c’est sûre.

Dernier rappel théorique:
La peur est un mécanisme essentiel à la survie de nombreuses espèces, la peur est un état physiologique naturel, un signal d’alarme contre tout danger, menace ou conflit (qu’il soit réel ou imaginaire) destiné à enclencher une réponse adaptative.

Fuir ou lutter ? Le cheminement dans le cerveau
Concrètement, que se passe-t-il lorsqu’on est menacé ? Comme l’explique Abigail Marsh, professeure de psychologie à l’Université de Georgetown dans une vidéo de la Société de chimie américaine, il existe de multiples voies qui acheminent l’information de la peur dans le cerveau.

La « menace » entraîne la sécrétion d’un neurotransmetteur, le glutamate, qui déclenche une cascade de réactions. La plus importante étant celle d’un réseau de neurones appelés “substance grise périaqueducale” et impliqué dans les comportements de défense. Dès ce stade, le cerveau a entamé l’évaluation de la menace et peut prendre une décision “réflexe” : rester immobile ou bondir ?

Je crois savoir ce qui s’est passé sur Facebook 😉

Attention, pour autant je respecte l’ensemble de mes collègues, peu importe leur modèle, mais ce que je ne respecte pas c’est les agressions personnelles que j’ai subi ces derniers temps alors que je communiquais simplement sur mon concept, sur les réseaux sociaux, en attendant la fin du confinement.

Je sais que le monde de l’immobilier est impitoyable mais SVP messieurs, révisez vos commentaires et souhaitez moi bonne chance plutôt .

C’est ce que moi j’aurai fait.

PATAGER CET ARTICLE​

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email